Mali

Afrique

Au Mali, VIA Don Bosco soutient trois centres de formation professionnelle. Grâce à eux, nous atteignons des jeunes défavorisés âgés de 15 et 25 ans venant de Bamako, Sikasso, mais aussi de Touba et de la région environnante. Ce sont des jeunes qui ont l'habitude d'une situation très difficile à la maison ou qui vivent dans la rue.

Pourquoi 

Le Mali est le deuxième plus grand pays en Afrique de l'Ouest, 40 fois plus grand que la Belgique. La capitale Bamako compte des millions d'habitants, environ 2,3. Pourtant, la majorité des Maliens vivent dans les zones rurales. Près de la moitié de la population survit avec moins d'un dollar par jour. L'éducation pour tous est donc compromise.  

Le niveau de l'éducation au Mali est peu élevé en comparaison avec les pays voisins. Non seulement il y a trop peu d'écoles, et donc les classes sont surchargées, mais il y a aussi une pénurie d'enseignants qualifiés. Une grande proportion des élèves qui terminent l'école primaire, maitrisent à peine, malgré neuf ans à l'école, les compétences de base en matière de lecture, d’écriture et de calcul. 

Pour les filles, la situation est encore pire. À peine la moitié de toutes les filles vont à l'école et beaucoup d'entre elles ont un enfant avant leur dix-huitième anniversaire. Les filles et les femmes sont parmi les groupes les plus vulnérables au Mali. La crise politique que le Mali a connue en 2012, n'a certainement pas fait avancer le pays. 

Comment 

Au Mali, VIA Don Bosco soutient trois centres de formation professionnelle: le Centre Père Michel à Bamako, le Complexe Scolaire Saint Jean Bosco à Touba et le Centre Saint Jean Bosco à Sikasso. 

Grâce à eux, nous atteignons des jeunes défavorisés âgés de 15 et 25 ans venant de Bamako, Sikasso, mais aussi de Touba et de la région environnante. Ce sont des jeunes qui ont l'habitude d'une situation très difficile à la maison ou qui vivent dans la rue. Ils se retrouvent ainsi dans des situations de travail où il n'y a pas de protection sociale.  

Les centres tentent de créer un environnement alternatif d'apprentissage sécuritaire pour les jeunes. Ce qui les rend plus susceptibles de développer des compétences qui mènent à trouver un travail décent. En 2014, nous avons investi dans un nouveau système de gestion des données scolaires.

 

Avec le soutien de la Direction générale de la coopération au développement (DGCD)

Gestionnaire de programme

Maïka Denys

Directeur BPD

Hernàn Cordero

Localisation BPD

Bamako

Human Development Index (HDI)

33%

Taux d'alphabétisation

57

L'espérance de vie moyenne

Date
Co-financement
Autres
Total
Nombre de personnes bénéficiant de l'aide:
2014
486 379.56
486 379.56
700
2015
382 106.70
382 106.70
1 139

en coopération avec

marque de qualité