Equateur

L’éducation, un tremplin vers une nouvelle vie

En Equateur, VIA Don Bosco soutient cinq écoles d’enseignement professionnel et un bureau d’emploi. Chaque année, environ 900 filles et garçons vulnérables reçoivent l’opportunité d’apprendre un métier et d’être accompagnés vers le monde du travail. Ensemble, nous voulons contribuer à établir le droit à une éducation de qualité pour tous.

L’histoire de Milred

Milred (21 ans) a grandi près de la ville de Guayaquil, dans un quartier sans routes, sans électricité ni eau courante. Ce quartier est en proie à la consommation et au trafic de drogues ainsi qu’au vol. Beaucoup de jeunes y sont entraînés dans des crimes de petite ou grande envergure.

Milred rêve d’une maison, d’une famille et d’un bon travail. Mais une bonne éducation n’est pas une évidence pour les jeunes de son quartier. Parce que, bien souvent, c’est trop cher, mais aussi parce que le chemin vers l’école est long et dangereux, surtout pour les filles.

Un jour, Milred est entrée en contact avec un centre Don Bosco de son quartier. Elle pouvait y aller directement après l’école, y recevoir de l’aide pour ses devoirs ou participer aux activités organisées par le centre. Elle a ainsi pu découvrir ses talents et, petit à petit, développer une image de soi positive. Par la suite, elle a eu la possibilité de suivre une formation en industrie mécanique dans une école professionnelle Don Bosco. Elle est la seule fille parmi toute une classe de garçons, mais cela ne l’empêche pas d’y trouver sa place. Actuellement, elle suit une spécialisation et économise pour démarrer sa propre entreprise avec trois autres de ses camarades de classe.

Son conseil d’ami : « Profite de tes talents, car celui qui travaille dur et est responsable, trouvera toujours son chemin ».

 

Les défis

L’économie équatorienne s'est considérablement développée ces dernières années. Le taux de pauvreté s’est ainsi réduit et l'âge moyen dans le pays est de 27 ans. L'avenir semble prometteur pour les jeunes. Hélas, pas pour tous les jeunes équatoriens. Bien que la pauvreté ait diminué, il subsiste de grandes disparités entre les différents groupes de la population. En 2013, un quart de la population vivait sous le seuil de pauvreté de 1,9 dollars par jour. Le pays compte également de nombreux jeunes parents, qui interrompent souvent leurs études à un stade précoce. Sur 1 000 filles équatoriennes âgées de 15 à 19 ans, 76 ont déjà été enceintes.

 

Que fait VIA Don Bosco ?

Etant donné que la jeunesse est l’avenir du pays, nous offrons aux jeunes vulnérables de Quito, Guayaquil et Cuenca la chance d’apprendre un métier et ainsi d’améliorer leur qualité de vie et celle de leur famille. Nous proposons aux jeunes équatoriens des quartiers pauvres, parmi lesquels se trouvent des jeunes parents, des formations techniques et professionnelles qui leur permettent de trouver un emploi et d'offrir à leur famille un avenir meilleur.

En Equateur, nous collaborons avec cinq écoles professionnelles et un bureau qui accompagne les jeunes sur leur chemin vers le marché du travail. Ensemble avec nos partenaires, nous travaillons d’abord à l’amélioration de la qualité de l’enseignement, en formant les enseignants et en adaptant les programmes à la réalité du marché du travail. Nous renforçons aussi les capacités de gestion de toutes nos organisations partenaires et nous améliorons le soutien que les jeunes reçoivent lors de leur recherche d’un travail décent ou de leurs démarches d’entrepreneuriat.

 

Plus forts ensemble

Une partie de nos programmes sont exécutés en collaboration avec ACTEC.

 

Gestionnaire de programme

Amélie Janssens

Directeur BPD

Gabriel Terán

Localisation BPD

Quito

Human Development Index (HDI)

95%

Taux d'alphabétisation

77

L'espérance de vie moyenne

Date
Co-financement
Autres
Total
Nombre de personnes bénéficiant de l'aide:

en coopération avec

marque de qualité